LE BLOG A FERNAND

28 avril 2018

 

 

 

 

img031

 

 

 

Bienvenue sur le blog à Fernand. Sur cette page créée en 2007 on trouve de la bonne humeur, de la camaraderie et mon actualité sur et quelques fois à côté du vélo.

Il est possible d'accéder aux archives des années précédentes en cliquant sur les différents liens situés dans la colonne de gauche.

Pour une lisibilité claire de l'actu, les articles les plus récents sont postés en premier.

Le blog possède désormais :

 

UNE ADRESSE MAIL           blogafernand @ aol.com   (retirer les espaces entre @)

UNE CHAINE YOUTUBE      ICI

UNE PAGE FACEBOOK        ICI

UN COMPTE STRAVA        FAT FERNAND


        

                                                                       

                    dernière mise à jour : 28 avril 2018

Posté par jerseyconnection à 00:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]


27 avril 2018

Retour en images - Liège Bastogne Liège

Pour la dernière classique de notre printemps, nous avons eu la chance sur Liège - comme par ailleurs sur les trois autres randos que nous avons disputées - d'avoir un temps magnifique. Plutôt parfait et inespéré après un hiver des plus pourris.

En attendant les prochaines aventures voici une série de photos illustrant cette belle journée.

Les deux premières ont été prises sur le col du Rosier. Un bien grand mot que col pour une bosse qui monte certes plus de trois kilomètres mais qui ne développe qu'un pourcentage moyen de 5%, ce qui est pile dans mes cordes. J'ai monté cette côte à mon rythme et sans me soucier de mes potes qui allaient m'attendre en haut. Ils étaient prévenus !

 

sportograf-119092826

 

sportograf-11898824

Nous avons ensuite monté le col du Maquisard qui est lui aussi assez peu pentu. Il n'y avait pas foule et lorsque nous avons aperçu les photographes nous avons eu la possibilité d'avoir la route juste pour nous afin d'être tous les quatre en ligne. La photo illustre aussi une des raisons pour lesquelles je fais du vélo : prendre du bon temps avec de bons mecs. On est pas mal là non ?

 

sportograf-119000852

 

sportograf-119072922

 

sportograf-119140246

 

Celle qui vient a été prise tout près du sommet de La Redoute. Monter cette bosse mythique a été mon moment préféré de la journée. Sans mauvais jeu de mot je m'en faisais vraiment une montagne et je l'ai finalement très bien passée. Je l'ai trouvée bien plus facile que le Koppenberg sur lequel il faut vraiment s'arracher au plus fort de la pente. Je suis peut être un grimpeur qui s'ignore...

 

sportograf-11900670

 

Après La Redoute, le gros morceau était la Roche aux Faucons, un peu plus traitre car toujours avec des pourcentages autour de 10 ou plus. Elle ne fait qu' 1.6 kilomètre mais le haut est interminable.

 

sportograf-11894802

 

sportograf-11915627

 

sportograf-11909084

 

Heureusement après une côte il y a souvent une descente...

 

sportograf-119043745

 

sportograf-119132077

sportograf-11911907

Ce qui est bien quand on organise nos randos c'est qu'une de nos devises est "on part ensemble, on arrive ensemble". Ça nous permet de faire des photos de groupe.

 

sportograf-11901797

Un clin d'oeil à Hervé pour finir. Ceux qui suivent la page Facebook du blog se souviennent peut être de l'histoire de la combinaison d'Alexander Kristoff. Je trouve qu'elle me va pas mal non ?

 

sportograf-119136514

Posté par jerseyconnection à 23:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2018

[Cyclo] - Liège Bastogne Liège Challenge (21 avril)

 

30768602_1091868550954465_1746547906_o

Les week ends se suivent mais celui-ci sera malheureusement le dernier pour quelques semaines. Avec un programme digne de pros, nous bouclons cette série printanière entamée il y a un mois par Liège Bastogne Liège.

Une équipe toujours en turn over avec cette fois Florestan qui découvre sa première classique, Stef qui a déjà bouclé deux LBL dont une fois le grand parcours puis Hervé et moi qui ajoutons une pierre à l'édifice des classiques mythiques.

Je n'en menais pas large au départ au vu du menu qui nous attendait avec un dénivelé important et bien évidemment de belles bosses parmi les plus difficiles des Ardennes. Il ne fait aucun mystère que je ne suis pas grimpeur mais au final je pense ne pas trop mal m'en être sorti.

Nous avons raisonnablement choisi le parcours moyen sur 154 kilomètres, avec trois côtes de moins que ce que les professionnels effectueront. Il y a 7000 partcipants au total mais rien à voir avec un Tour des Flandres par exemple puisque la plupart des routes empruntées sont larges et que nous ne rencontrerons jamais de souci d'embouteillages dans les bosses mais revers de la médaille, nous ne roulerons quasiment jamais dans un peloton.

La sortie de Liège est un peu fastidieuse avec obligation de respecter les règles de circulation puis dès le départ réél le ton est donné avec une montée relativement douce mais qui va s'étaler sur trois bons kilomètres. Rien de bien dur néanmoins puisqu'on peut rouler sur le grand plateau.

La première difficulté répertoriée est annoncée au bout de cinquante bornes mais nous allons finalement être dans le ton de la journée bien avant puisque les kilomètres avalés au long de la rando ne seront en fait qu'une succession de montées et descentes.

Nous allons ainsi gravir assez vite une longue montée roulante de cinq kilomètres sur laquelle Hervé va faire un bon tempo (qui me permettra du moins de ne pas m'entamer en restant dans sa roue à une allure de 18 / 20 kilomètres/heure) toujours sur le grand plateau.

Arrive ensuite l'Ancienne Barrière, première difficulté officielle sur près de cinq kilomètres mais là encore avec un pourcentage moyen raisonnable de 4.7  Je vais malgré tout avoir un moment moins bien alors que nous avions accroché un groupe d'une quinzaine. Le tempo un peu rapide pour moi va me faire décrocher mais mes potes seront très prévenants et me feront réintégrer les roues.

La Haute Levée, deuxième côte du jour sera un peu plus dure avec un premier kilomètre à 12% mais se résumera elle aussi à un long faux plat qui s'avalera assez aisément. Nous serons par la suite dans la partie la plus agréable du parcours au niveau des paysages avec toujours des succesions de montées non répertoriées mais parfois assez difficiles qui vont nous amener vers le Col du Rosier, une belle bosse de 4500 mètres dans les bois avec toujours cette constante d'avoir les plus forts pourcentages au pied, cette fois-ci de nouveau sur du 12%.

Je me surprends à monter plutôt bien en enroulant un petit braquet et si on exclut Flo qui a son coup de pédale de VTTiste et qui grimpe comme un cabri, je garderai en visu Stef et Hervé - même s'il est encore diminué par son mal de dos du Tro Bro - sur la plupart des ascensions.

Le Rosier est suivi par le col du Maquisard, assez similaire dans sa faible difficulté et mes potes me feront la gentillesse ironique de me laisser le monter en tête !

Mais fini de plaisanter avec ces aimbales faux plats, nous allons déjà entrer dans les cinquante derniers kilomètres, là où les choses vont de corser. Nous approchons de Remouchamps synonyme de l'épouvantail du jour : la célèbre côte de La Redoute. Je ne le dis pas souvent mais juste avant de commencer l'ascension j'ai confié à Hervé que j'avais peur. Peur des pourcentages, peur de ne pas être à la hauteur. Stef m'avait bien expliqué le truc et mes sensations du jour m'avaient en partie rassuré et c'est malgré tout avec de l'excitation que je démarrais la montée.

Première rampe autour des 10 / 12% sur une route étroite cernée par les camping cars attendant le passage des pros. Plutôt sympa ces encouragements à cet endroit difficile d'autant que contrairement à un Ronde, on ne peut pas dire qu'il y ait foule sur le bord des routes sur Liège.

La route se cabre ensuite une première fois pour tutoyer les 20%. J'ai mis tout ce que j'avais de plus petit, 34 x 28 et ça se passe nickel. Pas mal de monde met pied en terre mais il n'en est évidemment pas question pour moi en enroulant bien mon petit développement. Comme tout au long de la rando, je serai surpris de doubler pas mal de monde, en tout cas j'ai plus doublé qu'été doublé !

 

30743653_575278606177420_1347942603579981824_nHervé au sommet de La Redoute

 

30777173_1091866284288025_1097440755_n

Stef et Hervé sont quelques dizaines de mètres devant moi mais je ne vois évidemment plus Flo qui s'est fait plaisir en escaladant les dernières grosses bosses à bloc. Après un replat tout relatif car sûrement au delà de 10%, la route s'élève de nouveau vers les 20% à l'approche du sommet que je franchis plutôt pas mal, en tout cas en ayant conscience que ce sera peut être le meilleur moment de ma journée.

 

 

 

Nous allons après la descente profiter du ravito avant de vite aller chercher la Roche aux Faucons, une belle petite montée d'1.5 kilomètre avec là encore une pente moyenne de 9.9%. L'ascension est totalement différente de La Redoute avec sans cesse des petits replats mais tout en restant sur un pourcentage élevé. Les derniers hectomètres ne passent vraiment pas vite et je savoure le panneau annonçant le haut.

 

 

 

Encore une fois c'est une descente rapide suivie par une belle bosse non répertoriée sur plus d'un kilomètre qui va bien nous arrêter. Au sommet nous sommes déjà dans la périphérie de Liège et il ne nous reste que deux difficultés. Stef va faire honneur à son surnom de "patte de lapin" hérité d'un Milan San Remo plutôt malchanceux en crevant non pas d'une roue mais des deux en même temps !

Le temps de réparer tout ça et nous abordons l'ultime difficulté répertoriée, la côte de Saint Nicolas. Un kilomètre et demi à 7.6% avec un max à 13. Une première rampe droite intervient avec ensuite une succession de virages ressemblant à des lacets plutôt sympa à négocier. Comme on peut le voir sur la vidéo j'ai eu l'audace de revenir à la hauteur d'Hervé mais même dilminué il n'a pas accepté de se faire dépasser par un gros !

 

31068889_575278062844141_376505848303714304_nHervé et Stef au sommet

 

 

 

C'en est quasiment fini. Nous sommes dans la ville au milieu de la circulation et il faut de nouveau respecter les règles du code de la route. Il reste à gravir la montée d'Ans qui mène à la ligne d'arrivée de la course des professionnels. Une montée toute droite qui commence sur du 5% avant de s'élever progressivement jusqu'à du sept. Encore une fois il est intéressant de poser en vrai ses roues dessus après avoir vu la course à la télévision pour comprendre la difficulté.

Au sommet nous n'aurons même pas la chance de franchir la ligne (même si les infrastructures ne sont pas installées) et cela marquera pour mon compteur la fin officielle de la rando. Il faut en effet par la suite toujours dans la circulation rejoindre le lieu de départ fictif distant de huit kilomètres.

Comme vous avez sûrement pû le lire sur mes différents comptes sociaux, je n'ai pas pris un plaisir extrême à disputer ce LBL et pour tout dire le moins l'a emporté sur le plus. J'ai vraiment beaucoup apprécié La Redoute mais je n'ai pas eu cette petite étincelle que je peux avoir sur un Koppenberg, un Carrefour de l'Arbre ou un Poggio plus au sud. Peut être du fait que mes préférences vont aux Flandriennes. De même le fait d'être à de nombreux moments mêlé à la circulation et de ne pas pouvoir rouler plus souvent en peloton est assez perturbant et on n'a pas l'impression d'être sur quelque chose d'officiel.

J'ai en revanche été agréablement surpris de la manière dont j'ai passé les bosses, même si je répète que mes potes ont été sympas avec moi. Cela va me constituer un bonus pour un projet perso dont je parlerai prochainement.

Nous avons bouclé les 145 bornes (en haut d'Ans sans tenir compte du fictif retour) en 5 heures 30 à la moyenne de 26.7 kilomètres/heure.

 

 

C'est un quatrième monument que j'ajoute à ma collection et il ne restera que le Tour de Lombardie à disputer pour boucler la boucle des cinq grandes. Après cette première partie de saison il va être maintenant temps de recharger un peu les batteries avant de refaire un bon bloc en vue de Paris Roubaix Cyclo le 10 juin. A très vite.

 

Posté par jerseyconnection à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2018

[Cyclo] - Tro Bro Léon (14 avril)

 

 

IMG_6900

Je ne suis pas un fan absolu de la Bretagne. En tout cas je n'y passerais pas mes vacances d'été. En revanche lorsqu'il s'agit d'y faire du vélo qui plus est sur un magnifique tracé comme celui du Tro Bro et qu'en plus la météo est de sortie, je signe des deux mains.

Cap plein ouest pour notre second week end d'affilée pour cette belle rando sur un parcours différent de Roubaix mais grandement apparenté avec ses onze passages en chemin, les fameux ribinou. La boucle est nettement plus courte que ce que nous avons l'habitude d'effectuer avec ses 110 kilomètres mais un peu de dénivelé et ces chemins font que c'est très bien comme ça.

Je suis encore accompagné de mon pote Hervé qui est toujours en découverte tandis que c'est la troisième fois pour moi. En 2016, le parcours m'avait un peu laissé sur ma faim par rapport à la première édition à laquelle j'avais participé. Heureusement le tracé de cette année ressemble beaucoup à cette première expérience notamment dans son magnifique final.

Hervé n'est pas arrivé dans les meilleures conditions avec une grosse douleur musculaire dans le dos et nous décidons de subir dans un premier temps en attendant de voir comment son corps va réagir. Nous avons anticipé le départ de quelques secondes pour partir devant et c'est dans un groupe de plus de 150 gars que nous attaquons les premiers kilomètres.

Le tempo est correct sans être trop élevé. Tant mieux car la présence de motos ouvreuses et suiveuses en grise certains qui ne semblent pourtant pas avoir l'habitude de rouler en peloton ce qui occasionnera quelques coups de frein mais aussi une ou deux chutes.

L'écrèmage se fait par l'arrière et l'allure augmente à l'approche du premier ribin situé au kilomètre 20. Nous sommes toujours une bonne centaine et nous l'abordons plutôt en queue. Ce premier chemin est très facile avec seulement une bande d'herbe centrale et de l'asphalte propre des deux côtés. La difficulté sera seulement la présence de la voiture d'une gentille dame arrêtée sur le bas côté au bout de 100 mètres....De quoi étirer le groupe sans pour autant le casser. Nous recollons aussitôt les roues pour poursuivre notre chemin.

 

IMG_6860

Le second ribin est dans la même veine, sans difficulté et il faudra attendre les deux suivants pour trouver de vrais chemins caillouteux. Là on commence à se faire plaisir mais aussi à perdre du monde.

 

IMG_6862

Nous allons par la suite retrouver une transition asphaltée sur laquelle j'aurai une petite alerte. Descendu à l'arrière pour retirer une couche de vêtements, j'aurai la malchance de le faire au passage d'une bonne cuvette sur laquelle de nombreux concurrents commenceront à lâcher prise. Obligé de zigzaguer pour recoller sur le haut de la bosse, je m'apercevrai par la suite que je l'ai montée sur 50 x 11 !!

Nous allons poursuivre vers le nord pour arriver au magnifique passage de Meneham où nous longerons la côte avec de superbes paysages. Le vent va faire son effet et après 70 bornes nous nous apercevons que beaucoup commencent à accuser le coup alors que personnellement je commencerai tout juste à être chaud. Du côté d'Hervé, le physique se maintient et nous sommes bien au chaud dans le groupe réduit à seulement une cinquantaine de gars.

 

IMG_7008

IMG_7036

Il reste 40 bornes, nous n'avons emprunté que quatre ribinou et le meilleur est donc à venir. Après le passage à Guisseny nous montons une belle bosse avec du 14% dans laquelle Hervé va peiner du fait de ne pouvoir se mettre debout sur les pédales. Nous perdons le contact avec le groupe mais nous faisons la jonction au sommet avec une poignée de gars pour tout de suite enchainer avec une série de ribinou développant entre 1500 et 2400 mètres. Plus ou moins carrossables, ces derniers vont nous permettre de rouler en tête de notre groupe et de vraiment nous faire plaisir à tour de rôle. Nous perdons la majorité de nos accompagnateurs et allons faire le final à deux.

 

 

 

Et le final est magnifique. Un premier ribin situé juste après une belle bosse et dont l'amorce est elle même montante va commencer à nous ramener vers Lannilis. A la fin de ce secteur nous prenons vent défavorable et nous ne verrons plus personne non seulement devant nous mais personne ne rentrera sur nous non plus.

Les quinze derniers kilomètres nous font passer par le superbe ribin du chateau de Kerouartz que j'avais déjà emprunté lors de ma première participation et que j'espérais vraiment voir de nouveau au programme. Je ne serai donc pas déçu et doublement puisque nous enchainons tout de suite par le chemin de la ferme, la montée de Mesmeur et une pente au delà de 7%. J'ai décidé à la sortie du chateau de poursuivre et d'attendre Hervé en haut de la ferme mais il sera finalement pas loin derrière moi même s'il commence à vraiment souffrir.

 

 

 

IMG_6895

 

IMG_6897

 

IMG_6893

 

DSCF0988

 

Il ne nous reste qu'une quinzaine de bornes pour entrer sur le circuit d'arrivée de la course des pros dont nous emprunterons le ribin final celui-là très facile.

 

 

 

Virage en haut puis descente puis faux plat montant pour aborder la flamme rouge et remonter vers l'arrivée. C'en est fini en un peu plus de trois heures et 34.6 de moyenne, pas mal compte tenu du fait que nous avons fait les 20 dernières bornes à deux et vent défavorable.

 

 

 

 

 

Encore une belle dans la poche et au delà de la rando toujours un superbe week end à tous points de vue, bon restos, belles balades et bonnes rigolades. "Le vélo mais pas que"

Et pour clôre nous avons eu quelques minutes pour aller voir le départ des pros et notamment féliciter Evaldas Siskevicius pour son courageux Paris Roubaix.

Et on ne s'arrête pas là ! Samedi prochain nous participons à Liège Bastogne Liège. Je m'attends à souffrir sur un parcours pas vraiment dans mes cordes et ce même si nous ne faisons "que" le 155 kilomètres.

J'en serai à quatre monuments sur cinq avec le Ronde, Roubaix, Milan San Remo et donc Liège et mon but (mais je devrais dire notre but) est d'ajouter le Tour de Lombardie afin d'avoir effectué les cinq grandes. De quoi avoir des objectifs à plus ou moins court terme !

 

IMG_6849

 

 

Posté par jerseyconnection à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2018

Paris Roubaix Challenge (7 avril)

 

30174154_1084768238331163_1949709247_o

 

La chance a été de notre côté pour cette édition 2018 de Paris Roubaix Challenge. Le temps perturbé en milieu de semaine qui avait rendu les reconnaissances des équipes pro plutôt glissantes a rapidement viré au beau à l'approche du week end pour nous délivrer des pavés secs et des plus agréables à passer.

Nous sommes partis à quatre pour déjà mon huitième Paris Roubaix, le quatrième pour Abel et le baptême pour son frère, Armindo ainsi que pour Hervé. Armindo avait accompagné son frangin il y a quelques années et avait rêvé d'y participer, quant à Hervé...il est dans le même trip que moi et il rêve de tout !

6000 participants sur les différents circuits proposés, le notre étant évidemment le plus long avec ses 173 kilomètres. Le vent est de la partie mais il soufflera favorablement dans la majeure partie du pacours, et tant mieux car il était plutôt élevé.

Comme d'habitude, la mise en jambes est brêve au départ de Busigny jusqu'au premier secteur de Troisvilles que nous empruntons après une quinzaine de kilomètres. Notre tradition veut que les petits nouveaux passent en tête de notre groupe pour ce premier tronçon et Hervé et Abel vont s'y coller. Plutôt bien comme sur l'ensemble de l'épreuve.

 

30120383_1084793214995332_1151890104_n

 

Les trois secteurs à venir seront empruntés dans le sens contraire de ce que nous connaissions. Celui de Viesly que nous avions découvert l'an dernier va donc se passer vent défavorable ce qui ne sera pas une mince affaire avec deux zones en faux plat montant. Nous allons ensuite passer Saint Python lui aussi en faux plat montant sur ses premiers hectomètres puis le long secteur de Quiévy et ses 3700 mètres sur lequel Hervé et moi allons nous faire plaisir.

 

 

 

Comme le veut aussi notre tradition, chacun passe les pavés à sa main et nous nous attendons tous à la sortie. Armind a choisi tout naturellement de ne pas faire le début à bloc et c'est un choix sage au vu du menu.

Les premiers secteurs oscillent entre 1.5 et plus de 2 kilomètres mais tous sont très propres comme attendu et c'est vraiment un régal avec en prime le soleil qui pointe son nez. Les kilomètres défilent vite avec une première heure avalée autour des trente de moyenne.

 

 

 

Le revers de la médaille est que c'est une journée qui passe toujours très vite. Après 70 bornes nous approchons d'Arenberg. Après avoir passé le long et délicat secteur de Wallers, nous plaçons nos deux débutants devant pour emprunter la trouée.

En vue du passage à niveau délimitant l'entrée je sens que quelque chose cloche. Une masse de cylos à l'arrêt, des barrières..Grosse déception, est-ce pour sécuriser les participants du sol glissant ou à l'inverse pour préserver la première partie nettoyée pour les pros ? Le fait est que la première moitiée de la trouée nous est interdite. Anormal, honteux, je ne sais pas quoi dire quant on sait que la majeure partie des inscrits vient pour rouler sur cet endroit mythique. Nous allons retrouver les pavés pour le dernier kilomètre mais en étant obligés de les prendre à vitesse très réduite et sur un sol très glissant, je suis parti par deux fois à la faute et cela m'a découragé. Abel et Armind vont me suivre sur la partie latérale, il n'y aura que Hervé qui restera sur le pavé, ayant pris un peu de vitesse pour pouvoir rester droit.

Cette grosse déception avalée, nous allons reprendre le cours de notre chemin pour les cent derniers kilomètres. Les secteurs du Pont Gibus puis le long pavé de Hornaing avec ses 3700 mètres vont très vite nous remettre dans l'allure même si Armind sera victime d'une crevaison sur ce dernier, notre seul accroc de la journée.

 

30020613_1084768034997850_1275292926_n

Les gros morceaux s'enchainent. Après une halte salutaire au ravito (la seule que nous concèderons), voilà que se profilent Beuvry la Forêt, Orchies et son secteur en deux parties puis les 3000 mètres de Mons en Pévèle. Celui-ci se passe plus ou moins bien selon les années et les sensations mais j'ai eu l'imrpression de ne pas le passer très vite, moins vite en tout cas. A la sortie du secteur nous nous sommes arrêtés quelques minutes auprès de notre staff, Ewa, Sandra et Eric (à qui nous devons encore une fois envoyer des millions de merci) et en voyant la tête des concurrents et en entendant leurs respirations nous avons vite compris qu'il y avait moins bien, beaucoup moins bien que nous !

 

 

 

Mons en Pévèle est la porte d'entrée du final et comme nous le constatons souvent, les cinquante dernières bornes passent à une folle allure. Pont Thibault, Templeuve, Cysoing se présentent sous nos roues. Le compte à rebours est commencé et il faut déjà penser à Camphin en Pévèle que nous passerons tous ensemble pour aborder ensuite le Carrefour de l'Arbre.

Abel connait, je connais, Hervé et Armind ont découvert. On ne pourra jamais assez répéter qu'il faut mettre ses roues dessus pour comprendre ce que c'est. On pourra le regarder tant qu'on veut à la TV, rien ne restitue l'état du pavé. Mauvais, disjoints, avec des nids de poule...il faut s'employer pour rouler ne serait-ce qu'au dessus de 20 km/heure. Mais l'arrivée en haut se mérite et nous y parvenons heureux.

Gruson et Hem restent à passer et nous le faisons de nouveau ensemble pour rejoindre la périphérie de Roubaix, l'ultime ligne droite puis l'entrée magique au vélodrome où nos deux débutants pénètrerons les premiers.

 

 

30429807_1084768101664510_1880691217_n

Nous avons au final fait un 28 de moyenne, plutôt correct compte tenu que nous avons géré nos petits nouveaux.

Vivement juin !

 

 

Posté par jerseyconnection à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 mars 2018

Retour en images - Gent Wevelgem

 

Une série de photos prises samedi dernier.

Sur les premiers kilomètres :

 

sportograf-115026144

 

Puis sur les pavés à Ieper (Ypres) :

 

sportograf-12

 

sportograf-115082662

 

sportograf-115090213

Sur le Kemmelberg, juste après les plus forts pourcentages (il suffit de jeter un oeil au développement !)

 

sportograf-11

 

sportograf-1151

 

Et enfin tranquilles à l'entrée de l'ultime ravito :

 

sportograf-115081679

 

sportograf-115061249

Posté par jerseyconnection à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2018

[Cyclo] - Gand Wevelgem

 

29511421_1194022034061922_1979027485999062371_n

 

Encore une jolie pièce ajoutée à ma petite collection ! Moins difficile mais aussi moins attractif au niveau du parcours qu'un Ronde ou Roubaix, Gand Wevelgem reste une course renommée et faire la cyclo sur un parcours grandement similaire reste une très bonne expérience.

C'est avec Stef (qui commence lui aussi à avoir de jolies pièces dans l'armoire à souvenirs) et d'Hervé (qui devrait rapidement combler son retard) que nous avons tout d'abord eu la chance d'assister au passage des coureurs du Grand Prix E3 sur le sommet du Kwaremont le vendredi.

Après une course intense, il ne restait plus qu'une cinquantaine de combattants et le plus gros groupe que nous avons vu passer ne devait pas compter plus de vingt gars. Un grand plaisir de voir du Sagan, du Terpstra, du Van Avermaet, Kristoff, Gilbert, Naesen qui nous ont tous semblé à l'ouvrage et pour tout dire nous donnant la sensation que ça ne roulait pas fort (pour ceux qui ne l'ont pas vue, il y a une vidéo sur la page Facebook du blog).

Pour la petite anecdote de ce qui ne se voit pas à la TV, nous avons vu passer Bryan Coquard qui avait coupé après un abandon sur chute, semblant en détresse complète, à la recherche de sa voiture. Physiquement et de visage, on croirait voir un junior.

Mais venons en à notre rando. Départ matinal après les inscriptions sur place. Une organisation très carrée avec tout d'abord un endroit sécurisé où déposer les vélos le temps de remplir les fomalités, avec un numéro accroché au guidon et un double qu'il faut présenter pour récupérer son vélo afin d'éviter tout vol. Les inscriptions se font sur des tablettes tactiles qui éditent un code barre permettant de retirer sa plaque. C'est la première fois que je voyais ce système rapide.

Nous entamons notre périple vers 7 heures 45 et le mot d'ordre est de filocher ! Nous partons dans l'inconnu au niveau de la difficulté du parcours mais nous savons que le retour va se faire vent défavorable. Nous allons sans cesse au cours de la matinée sauter de roues en roues pour garder de bons groupes et avec une participation occasionnelle à l'avant nous ferons du chemin.

Le parcours remonte vers le nord, jusqu'à la mer du même nom, sans difficulté aucune sur les 120 premiers kilomètres. Les routes sont étroites, sinueuses, flamandes quoi...Nous étions sensés monter une première bosse vers le cinquantième kilomètre mais elle devait vraiment être symbolique car nous la cherchons encore !

A la pointe nord du circuit, nous passons à De Moeren, haut lieu de bordures sur les courses du coin mais encore faut il que le vent souffle fort. Pour nous il reste modéré et dans un groupe d'une petite dizaine de gars, tout se passe parfaitement. Le parcours est agrémenté de quelques tous petits secteurs pavés sur lesquels nous n'aurons même pas le temps de prendre de plaisir...nous aurions pû dans une traversée d'agglomération mais un des membres de notre groupe du moment a eu la lumineuse idée de chuter juste avant et nous l'avons attendu à vitesse très réduite. Dommage.

La boucle va faire une large incursion en France pour commencer à monter les bosses agrémentant les 70 derniers kilomètres. Le mont des Cats tout d'abord qui est long de 2.5 kilomètres environ avec un peu de pourcentage sur sa première partie avant un replat puis se cabrant de nouveau à l'approche du sommet au delà des 12% (mais loin des 19% annoncés par le road book...comme par ailleurs plusieurs autres bosses un peu surestimées au niveau longueur et pente).

Suivront les monts Kokereel puis Noir puis Blanc qui restent tout de même moins intéressants à monter que ceux situés au coeur de la Flandre. Nous ne négligeons pas les ravitos avec déjà plus de cent cinquante bornes dans les pattes car le final comporte les plus belles bosses.

Vient tout d'abord le Baneberg qui est très court avec ses 250 mètres mais assez pentu avec du 23% au max. Nous l'avons abordé de manière différente par rapport à la course pro, de même que de nombreux autres passages. Probablement pour nous faire éviter de grands axes. On va dire que notre rando a épousé le parcours de Gand Wevelgem dans ses grandes lignes.

 

 

Je vais parler de grandes lignes car le mont suivant est le célèbrissime Kemmel, haut lieu des courses flamandes. Nous allons l'aborder par l'ouest, son versant le plus dûr mais pas celui par lequel les courses montent systématiquement. C'est une énorme déception pour moi, ne l'ayant encore pas monté en vélo. Je ruminerai longtemps ma frustration qui sera quelque peu atténuée en regardant la course à la télévision et en voyant les coureurs emprunter la même montée que nous à leur second passage.

Ceci dit, il est vraiment raide avec une pente maxi donnée elle aussi à 23% (pour profiter pleinement des vidéos, n'oubliez pas de sélectionner la résolution maximale)

 

Nous allons par la suite aborder les deux secteurs en gravel, les Plugstreets sur lesquels je vais prendre beaucoup de plaisir (et penser au Tro Bro Léon qui va arriver très vite). Depuis l'an dernier Gand Wevelegem rend hommage aux nombreux soldats ayant péri dans les combats de la première guerre mondiale et ces chemins symbolisent les lieux de bataille mais longent également de nombreux mémoriaux.

Nous les passons full gas - à notre petit niveau - et les sensations sont plaisantes à éprouver.

 

 

 

 

 

Un dernier ravito puis nous allons effectuer le retour vers Wevelgem. La grosse déception de la journée (bien plus que le Kemmel) est que faute de pouvoir emprunter les grands axes du final de la course, nous allons passer une quinzaine de bornes sur une piste cyclable le lond d'un canal. Dommage de terminer comme ça au milieu de promeneurs ou de mamies avec leur petit chien.

Nous retrouverons néanmoins les trois derniers kilomètres à l'identique de la course et franchirons la ligne d'arrivée où Peter Sagan lèvera les bras le lendemain.

Au final une belle rando que nous ne referons pas forcément (ou pas tout de suite) mais sur laquelle nous avons vraiment pris du plaisir, ne serait-ce que celui d'être ensemble.

 

 

Mais le week end n'était pas fini pour autant. Nous avions prévu une sortie sur les beaux monts des Flandres, en décontraction et total plaisir avec un beau temps de la partie. Garés au pied du Kwaremont, nous avons été chercher le long secteur pavé de Varent que je n'avais jamais emprunté avant de venir reprendre le Oude Kwaremont jusqu'en haut, tout pile là où nous avions vu passer le E3 le vendredi.

Après cette entrée en matière abrupte et déjà bien chauds nous nous sommes évidemment dirigés vers le Paterberg que nous avons monté à deux reprises car logistique du Ronde à venir, un camion nous bloquait le passage pour la première montée. Et puisqui'il ne fallait pas s'arrêter là dessus, nous nous sommes bien sûr offert le Koppenberg que Stef montait pour la première fois autrement qu'à pied (ah les bouchons au Koppenberg quand on fait le Tour des Flandres cyclo...).

Nous avons terminé par l'Eikenberg avant de plonger vers Oudenaarde et la ligne d'arrivée du Ronde qu'Hervé voulait découvrir.

 

qvHS_-GLWXxA-E1XOFfnaod0YPkv5tGEWn9Pf8RTuYI-2048x1536

 

Au final un super week end (un de plus) qui en appelle d'autres très très vite. Next stop --> Roubaix !

Posté par jerseyconnection à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2018

Course de La ferté Saint Aubin (18 mars)

 

En pleine préparation pour "mes" classiques, j'ai comme l'année dernière mis à profit le côté proximité / absence de difficulté de la course de La Ferté pour effectuer une dernière longue sortie en y incluant la course.

Je suis parti en solo pour une heure de vélo matinale avant de rejoindre le groupe dans lequel je me suis efforcé de mouliner dans les roues. Comme convenu avec mon copain Aldo qui prépare lui le Tour des Flandres, nous sommes repartis pour deux heures puis rallier La Ferté. Nous avons eu la chance d'être accompagnés par Stef qui sera avec nous le week end prochain sur Gand Wevelgem puis par Abel et son frère qui préparent eux Paris Roubaix. Un bon mix de rouleurs qui nous a permis de passer le temps.

J'en profite pour parler de mon expérience perso dans ma préparation, avec une petite base de sorties de 4 heures puis deux sorties de 5 heures et deux de 6, je pense avoir trouvé définitivement la bonne recette pour arriver en forme sur ces objectifs du printemps. J'avais ce matin les bonnes pattes et au moment où j'ai lu 150 kilomètres sur mon compteur, j'aurais pû penser n'en avoir que 90...

Pour revenir à la course, j'y suis arrivé avec 175 bornes de faites et je n'en attendais rien d'autre que de rallonger la sauce. Avec un peloton de cinquante gars et quasiment pas de vent, il était évident que rien de pourrait se passer.

C'était sans compter sur cette vieille connaissance de Stéphane (le second d'Hervé à Montrieux) qui est parti dès les premiers mètres pour effectuer toute la course devant. Chapeau !

Derrière et malgré certains clubs présents en nombre, comme d'habitude peu d'organsisation, chacun préfèrant rouler deux kilomètres quelques secondes devant le peloton avant de se faire rejoindre. A ce petit jeu c'est toujours celui qui est devant qui est gagnant.

Je suis resté à l'avant sur la moitié de la course, avec un peu de braquet et en accompagnant quelques mouvements puis je me suis sagement remis dans les roues.

Au final, une journée parfaite de 7 heures 15 de vélo pour 234 kilomètres.

 

C'en est donc fini de la préparation. Les cinq semaines à venir vont être très excitantes avec Paris Roubaix, Tro Bro Léon et Liège Bastogne Liège.

Mais pour commencer ce sera Gand Wevelgem samedi prochain disputé sur 215 kilomètres. Le parcours est assez plat dans sa première partie puis comptera onze monts majoritairement placés dans les 70 derniers kilomètres. Certains sont peu pentus avec des pourcentages moyens compris entre 3 et 5 mais le gros morceau sera le Kemmel et ses 23% de pente max précédé par le Baneberg qui est assez court mais présente un max similaire.

Il faudra également emprunter pour finir deux secteurs en chemin. De quoi réellement se faire plaisir.

A très vite pour un compte rendu.

 

P1050101

Posté par jerseyconnection à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2018

Les courses du week end (10 et 11 mars)

 

 

20180310_170531

 

 

Montrieux en Sologne : victoire d'Hervé !

Premier volet du week end, le traditionnel circuit de Montrieux sans grande difficulté en cette journée plutôt clémente. Nous sommes une quarantaine au départ avec des coureurs de quasiment tous les départements de la région.

Après un week end de relâche et ayant privilégié de longues sorties de foncier dans l'optique des randos à venir, j'ai eu une mise en route très difficile. Avec des sensations très poussives dès qu'il s'est agi de lever plusieurs fois les fesses de la selle, je n'ai rien pû accompagner de sérieux après les habituelles attaques des premiers kilomètres.

Trois coureurs sont sortis suivi d'un homme seul qu'Hervé et moi avions pointé (désolé Stéphane), et c'est donc logiquement que mon binôme s'est joint à lui suivi d'un autre gars. Sept coureurs devant avec tout de suite une avance allant croissante, cela sentait la bonne échappée.

Quelques kilomètres après j'arrivais à trouver un groupe de contre avec des sensations en train de revenir et c'est à quatre que nous nous lancions à la poursuite de l'échappée. Mais avec une grosse minute de retard et à quatre contre sept j'ai assez vite compris que la tâche allait être très difficile...

Ayant aussi creusé un écart conséquent avec le peloton, je me suis contenté de faire de bons efforts dans mon groupe en croisant les doigts pour mon pote.

Après une course de mouvements dans le dernier tour, Hervé réussit à s'isoler dans les deux derniers kilomètres et va chercher une très belle victoire, près de trente ans après la dernière. Chapeau après tous les efforts produits depuis son retour il y a tout pile douze mois ce week end.

Je remporte derrière le sprint de mon groupe et termine à le 8ème place.

 

Cormainville : journée ventée.

Tout petit peloton en raison de la concurrence d'une autre course dans le Loiret (sur laquelle ce n'était pas non plus la foule), dommage que les fédés ne puissent pas se concerter à minima. J'ai pris à de nombreuses reprises le départ de la course sur le traditionnel circuit en triangle mais je ne me souviens pas d'avoir eu autant de vent que cette année. Soufflant plein dos après le virage en épingle de l'arrivée, il était évidemment de face sur la longue ligne droite ramenant au village.

Hervé et moi avons décidé de ne pas bouger et de laisser la course se décanter...mais une attaque de trois gars dès le kilomètre zéro m'a incité à lever les fesses. La première bonne surprise c'est que les jambes répondent tout de suite et plutôt bien, la seconde c'est qu'en me retournant je vois que mon pote a suivi accompagné d'une poignée de gars. J'accélère jusqu'au hameau situé à la pointe du circuit et à la relance nous ne sommes plus que sept. Course pliée.

 

20180311_175622

 

Le truc bien c'est qu'on va effectuer 60 bornes en tournant et pour nos objectifs à venir c'est positif, le truc chiant c'est qu'on va se taper 60 bornes à tourner !! Nous creusons très vite un écart qui nous met hors de portée du restant des gars (je ne sais pas si on peut parler de peloton) et l'entente est très bonne.

A une trentaine de bornes de l'arrivée, je me retrouve légèrement devant en montant le toboggan ramenant vers l'arrivée (un faux plat insignifiant s'il est monté vent de dos mais hier il fallait se cracher dans les mains pour dépasser les 25 km/h) et je poursuis mon effort. Juste à l'entrée du village je vois Hervé rappliquer tout seul; nous poursuivons notre effort commun vent de dos histoire de voir si on peut rééditer le coup de Neuville mais nos poursuivants ne s'avouent pas vaincus et nous décidons de nous relever.

 

20180311_175547

Personne d'autre ne va rien tenter jusqu'au dernier tour et à la relance vent de dos le coureur de Saran qui comptait parmi les plus costauds va s'isoler et aller chercher la victoire en solitaire au prix d'un bel effort.

Nous arrivons groupés derrière, Hervé termine 3ème tandis que je prends la 5ème place couronnant ainsi un beau week end de camaraderie et c'est juste ce qui compte.

 

P1050100

 

P1050097

P1050092

P1050093

 

 

 

 

Posté par jerseyconnection à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2018

Course de Neuville aux Bois (26 février)

 

20180225_130705

 

Avant de parler de la course, un petit retour en arrière. Je dis souvent que j'ai eu deux époques différentes dans mon parcours cycliste. Une première axée sur la compétition jusqu'à mes 35 ans à peu près et une seconde tournée vers le loisir. J'ai la chance d'avoir créé des amitiés dans ces deux phases. Il ne me reste pas beaucoup de copains encore pratiquants mais quelques uns résistent encore, d'autres ont complètement arrêté et d'autres reviennent.

Hervé fait partie de cette dernière catégorie. Nous avons couru ensemble il y a très longtemps. Trente ans cette année. Il n'a jamais complètement arrêté de rouler mais ne s'y est jamais vraiment remis non plus...jusqu'à l'année dernière. Pourquoi, je le sais mais les raisons restent en petit comité. Le fait est que petit à petit et pour reprendre ses mots, au tout début d'avoir juste remis la pointe des orteils dedans, il y est aujourd'hui replongé jusqu'au cou. Tant mieux pour lui, tant mieux pour moi et tant mieux pour plusieurs autres de nos potes.

Son programme 2018 va être calé sur le mien, nous avons déjà partagé quelques petites sorties galère dans cet hiver pourri mais aussi de nombreux kilomètres en prévision des randos printanières et c'est tout naturellement qu'il a repris une licence individuelle pour m'accompagner sur quelques courses (plutôt comique à vivre quand je sais qu'il ne voulait même pas entendre parler d'être obligé de passer par le rasage des pattes il y a tout juste un an).

Et nous avons donc accroché un dossard sur la même course pour la première fois depuis trois décennies...

La course

Il fait très froid avec des températures tout juste positives mais il souffle surtout un fort vent de nord est avec des rafales à 60 km/heure qui va rendre le retour sur la ligne d'arrivée très difficile. Nous sommes une trentaine de courageux au départ pour cette course d'ouverture dont je suis le tenant du titre pour ces deux dernières éditions.

Avec de grosses sorties à l'entrainement ces dernières semaines et l'hiver plutôt rigoureux que nous avons connu entre pluie de neige, je n'ai absolument pas travaillé ce qui peut être utile sur ce type d'épreuve, à savoir un peu d'intensités. J'ai préféré le travail foncier qui me (et nous) servira sur nos longues distances et c'est donc sans repères que j'ai abordé ce dimanche.

Nous avions convenu avec Hervé de tout faire pour être dans le bon coup ensemble quitte à rouler l'un sur l'autre si la situation l'exigeait. Le plus dur sur ces courses n'est pas forcément de prendre le bon coup mais essentiellement de ne pas le louper. Nous avons donc choisi de nous joindre à tout ce qui pouvait dépasser trois gars.

Après un passage attendu à faible allure sur la longue ligne droite revenant vers Neuville, un gars attaque seul et prend quelques secondes d'avance jusqu'à la fin du second tour où il est rejoint par un autre coureur. Nous gardons les deux fuyards tout proches du peloton et après le passage sur la ligne j'accompagne le coureur avec qui j'avais été échappé l'an dernier et qui me semblait cette année encore avoir de bonnes jambes.

En me retournant je crois voir que le peloton est sur nos talons mais il y a en fait une petite cassure et Hervé relance tout de suite l'allure. Nous nous retrouvons à quatre en compagnie des deux premiers attaquants. Ces deux là ne nous relaient quasiment pas et nous en perdons déjà un en entamant la longue ligne droite vent de face. Le deuxième va céder peu après et nous restons à deux.

Au passage sur la ligne je vois le compte tour afficher 5 et je me dis que nous sommes en route pour une partie de manivelles. Il reste en effet 40 bornes et nous sommes déjà tous les deux depuis près de cinq kilomètres...

 

DSCF0968

Nous allons assez vite prendre une minute d'avance. Nos relais se calent parfaitement bien et nous allons sur cette longue fugue parfaitement les gérer. Tantôt entre 35 et 40 sur la partie avec vent favorable et boisée tantôt beaucoup moins vite pour le retour vers le bourg. Pour ceux qui veulent tout savoir, j'ai passé cette ligne droite avec 53 x 19 et même parfois 53 x 21 entre 24 et 28 km/heure !! Je pense d'ailleurs avoir réalisé la plus faible moyenne de toute ma vie en course avec 32.2 ! Mais c'est si facile de rouler sans arrière pensée quand tu es avec ton pote donc nous avons tout donné.

 

DSCF0975

 

Avec une avance allant grandissante nous avons vite compris qu'il faudrait que les gars du peloton s'emploient pour venir nous chercher. Sur la partie dégagée du circuit nous voyions bien que l'écart ne cessait de grandir bien que nous n'ayons que très peu été renseignés sur les écarts.

 

DSCF0973

 

Les tours défilant ainsi que les minutes, nous nous rapprochions de l'arrivée en réalisant que ce sur quoi nous nous étions projetés sur le ton de la déconne était en train de se réaliser. Arriver tous les deux. Il était convenu que je gagne et je ne peux que remercier Hervé pour son concours et cette bonne balade que nous avons partagée qui ne peut que préfigurer tout ce que nous allons faire en commun cette année mais aussi les suivantes.

C'est donc au bout de 45 bornes d'échappée et avec plus de trois minutes d'avance sur nos poursuivants que je signe le triplé sur cette course d'ouverture. La plus dure des trois mais bien évidemment la plus belle et la plus sympathique.

Voici une vidéo de l'arrivée.

 

 

 

 

Bravo aussi à Charly qui a remporté la course des D1 / D2 de belle manière.

Et une petite stat Strava qui montre que nous n'avons pas trop mal roulé par rapport à la catégorie supérieure :

Notre meilleur tour : 14'35 et celui des D1 : 14'23

Prochains rendez vous dans deux semaines avec les courses de Montrieux et Cormainville.

 

Posté par jerseyconnection à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]