C'était un de mes souhaits non réalisé à ce jour faute d'être disponible et c'était sûrement aussi celui de mes potes. En tout cas l'expérience a été belle, enrichissante, un peu fatigante aussi mais au final mémorable.

Etant souffrant, notre Stef alias patte de lapin ayant dû renoncer au dernier moment, nous avons eu la chance de trouver un remplaçant en dernière minute en la personne de José qui est aussi mon coéquipier chez Infosport. Nous avons ainsi maintenu une belle équipe avec des confirmés comme Bruno et Jérôme et deux petits nouveaux, Monsieur Phal et Florestan.

Nous sommes partis sans ambition autre que de prendre du plaisir et c'est donc de manière totalement improvisée que nous avons vécu notre week end. Nous avons eu la chance par le biais de Mr Phal, licencié à l'UC Orléans, de pouvoir faire camping et stand communs avec eux, avec petite cerise sur le gâteau le fait de les voir se battre pour la victoire.

Notre week end a commencé vendredi soir avec l'installation de notre maigre logistique au camping puis le retrait des dossards et puce électronique. Nous avons pû nous familiariser avec les alentours du circuit et immortaliser le moment. Une photo à notre image...

 

21078623_10155022833043391_2045720924237922862_n

Arrive le samedi et les choses sérieuses qui commencent à s'approcher. Nous avons longuement débattu sur les relais, durée, ordre...Nous étions partis sur des relais d'une heure mais après avoir pris des conseils à droite à gauche nous sommes tombés d'accord sur deux heures afin de limiter la perte de temps sur les changements de coéquipiers.

 

21032561_10155024715553391_4132085856867700322_n

 

Le départ se fait lancé type Le Mans, les coureurs d'un côté de la route et un coéquipier tenant le vélo de l'autre. Quinze heures, départ ! Nous avons choisi de faire partir Florestan en premier, c'est le plus jeune d'entre nous et vététiste avec le double avantage d'avoir un coeur prêt à entrer en action. Ce sont près de 500 cyclistes qui vont ainsi partir à l'assaut du circuit. Les équipes de quatre partent en première ligne puis celles de six puis huit et enfin les duos et solos. Un départ impressionnat qu'on peut voir en vidéo sur la page Facebook de Mr Phal (Philippe Maurin)

Même si l'impression visuelle du bord de piste ne le rend pas totalement, la vitesse est évidemment élevée. Flo bouclera ainsi un peu moins de deux heures à 43 de moyenne. La course ne s'est pas encore décantée à ce moment là. Il y a un gros peloton d'environ soixante dix unités mais la sélection s'est naturellement faite par l'arrière.

Les niveaux sont évidemment très disparates, des héros qui partent seuls, des femmes, des jeunes et beaucoup moins jeunes, des personnes avec un handicap physique le tout à des allures allant de la presque promenade au train très haut imprimé par d'ex professionnels, des coureurs actuels de première catégorie et même le pistard François Pervis.

Après Flo c'est Bruno qui se lance dans l'aventure. Il va bien maintenir le cap, la difficulté étant de prendre un bon groupe et donc de savoir parfois ralentir l'allure pour se faire rejoindre plutôt que de galérer seul. Nous modulons par la force des choses nos relais pour les abaisser autour d'une heure quarante cinq car l'allure reste haute. Bruno va ainsi garder le cap pour nous situer autour de la 45ème place.

Vient ensuite Jérôme qui fidèle à lui même va continuer de nous faire progresser dans le classement même si la gestion de nos relais à l'arrache nous fait quitter les bons groupes. L'intéressante observation de la manière dont les grosses équipent vivent la course nous montre que nous avons d'énormes progrès à faire de ce côté (je devrais dire "aurions" car au final la satisfaction l'a emporté de n'avoir rien géré plutôt que de s'être mis des contraintes).

Après la tombée de la nuit et le début du relais de Mr Phal nous sommes bien installés dans le top 40 du scratch. La contrainte des relais de deux heures était qu'un de nous ne pourrait pas rouler la nuit. En ayant raccourci ceux-ci nous y sommes arrivés. Chacun des trois premiers a tenu son rang et Mr Phal un peu moins habitué que nous tous à la compétition s'en est super bien sorti mais sans surprise. Il est en forme, combatif et ultra joueur (c'est un euphémisme) et il nous maintient sans problème à notre place et même mieux puisque nous sommes de plus en plus près de la trentième place.

Arrive mon heure. Je devais partir à 23 mais en ayant réduit la durée de nos relais c'est à vingt deux heures que je m'élance. Comme mes copains j'ai chauffé la machine sur home trainer avant de démarrer. J'en ai besoin, je suis diésel en temps normal et je n'ai pas préparé spécifiquement mon affaire. Manque de rythme, manque de puissance, forme déclinante avant de partir en vacances bref ma crainte était d'être le boulet de l'équipe.

Le passage de relais s'effectue à la vitesse maximale contrôlée de 20km/heure puis par le changement manuel de puce électronique.

 

21034749_10211725231179283_2958519849306634685_n

Deux mots sur le circuit : 4.1 kilomètres, on attaque directement dans le faux plat Dunlop qui s'il était insignifiant sur n'importe quelle sortie se transforme en bosse au fil des tours malgré ses 5% de pente maximale. La suite est descendante, avec de belles et larges courbes sur un enrobé parfait. Puis de courtes mais rapides lignes droites qui ramènent vers les tribunes.

J'ai la chance de prendre un gros groupe dès la sortie du paddock. Je retrouve Julien qui fait partie de la Team Orléanaise et qui vient tout juste lui aussi d'entrer en piste. Une fois basculé au sommet du Dunlop il faut tout de suite descendre les dents et garder les roues à plus de soixante à l'heure.

Les premiers tours se gèrent bien et la sensation de rouler en pleine nuit est super. Dans mes jeunes années j'étais un honnête coureur de critériums (non en fait j'adorais ça) et j'ai retrouvé ces sensations où à chaque virage tu es au sprint pour coller à la roue qui te précède. Le seul point noir est de rattraper du monde roulant nettement moins vite dans les courbes et je vais me faire quelques frayeurs avec des chicanes humaines au milieu de mon groupe.

Je vais parcourir 65 bornes à 40 de moyenne en une heure et quarante minutes ce qui sera finalement dans mes possibilités du moment.

 

24h du Mans relais 1 - au taquet tout le long - Fat Fernand's 65.6 km bike ride

Track your rides and runs via your iPhone, Android or GPS device, analyze your performance, and compare with friends.

https://www.strava.com

 

Par la suite le plus dur sera d'essayer d'aller trouver un peu de repos pendant que José prend son tour. Il va rouler bien au delà des deux heures mais perdre quelques places faute de communication de notre part, pas évidente au coeur de la nuit. Peu importe après tout. Nous allons occuper au mieux la 28ème place mais redescendre aussi jusqu'à la 37ème. Les écarts commencent à se faire et c'est la non gestion des relais qui nous fera reculer mais aussi finalement avancer car nous ne nous sommes jamais préoccupés des autres équipes.

Pendant ce temps là...je n'ai pas dormi ! Une nuit blanche que je n'avais plus faite depuis mille ans. Je me suis levé à trois heures trente pour aller prendre des nouvelles de mes potes et attendre sagement mon heure. L'ambiance est plus feutrée et c'est sympa. Nous sommes trois debout, le relayeur, celui qui va relayer et celui qui surveille celui qui roule. Des éclairs zèbrent le ciel au loin mais nous aurons la chance d'avoir la météo avec nous. Je n'ose pas imaginer de la pluie sur un tel circuit. Florestan nous sort encore un super relais dans le groupe des équipes se disputant la victoire.

Les heures avançant c'est Phal qui aura la chance de voir le soleil se lever lors de son relais. Je prends sa suite à huit heures, motivé malgré zéro sommeil. Une petite remise en jambes sur home trainer et c'est parti. Je pars cette fois seul au pied du Dunlop. Lors de mon premier relais j'ai effectué la montée sur mes premiers tours avec 53 x 21 mais je me suis aperçu au fil du temps que je ne peinais pas plus en tournant les jambes sur le petit plateau. Je vais donc opérer de la même manière et attendre deux tours avant d'avoir du monde pour me rejoindre. Sur le haut le coureur de l'UC Orléans me rejoint accompagné des trois autres gars jouant la gagne mais il vont trop fort pour que je puisse basculer avec eux.

Je me mets par la suite dans les roues de trois solides rouleurs qui vont rattraper pas mal de monde et former un groupe de dix / quinze mecs. Avec le recul j'ai fait une erreur de rester si haut dans le groupe. Même si ce n'est pas ma conception du vélo j'aurais dû rester sagement caché au lieu de relayer occasionnellement ces gars. Tant pis. Nous nous faisons par la suite rejoindre par la tête (oui oui, je me suis pris six minutes en une heure vingt !). Les quatre équipes de tête n'arrivant pas à se départager, elles roulent à un tempo modéré (plus de 40 de moyenne au tour malgré tout) qui va me faire regretter d'avoir fait signe à Phal que je rentrais au stand au tour suivant. J'aurais pû me faire plaisir un tour ou deux en plus.

 Je boucle mon relais à 38.6 de moyenne avec 53 bornes.

 

Relais 2 un peu plus dur après une nuit blanche - Fat Fernand's 53.1 km bike ride

Track your rides and runs via your iPhone, Android or GPS device, analyze your performance, and compare with friends.

https://www.strava.com

 

Notre petit monde va gentiment se retrouver au paddock pour aborder le dernier quart de l'épreuve. Nous tenons notre rang dans les 35 premiers avec un peu de marge sur nos poursuivants. Au fil de la matinée la chaleur va monter jusqu'à devenir lourde. Nous avons échaffaudé l'ordre de nos derniers relais et je sais que je ne roulerai plus. Sur le moment j'en étais content car la fatigue m'est vraiment tombée dessus en début d'après midi mais à l'heure ou j'écris ces lignes il me manque un petit quelque chose. Flo va rouler une heure encore une fois très fort puis Jérome va prendre sa suite.

Impressionnant mon pote. Parti seul il n'a comme d'habitude rien calculé. J'ai eu la chance de le voir évoluer dans la bosse et intégrer un bon groupe avec une impression visuelle de force qui me fait rêver.

Bruno déroule ensuite jusqu'à 13 heures 45, maintient le classement puis Mr Phal se lance à l'assaut du dernier relais. Nous nous sommes postés à l'arrivée où nous aurons la chance de voir les trois équipes en lice se disputer la victoire au sprint. Mention super aux petits jeunes de l'UCO qui prennent la troisième place. Nous avons vraiment pris plaisir à les voir évoluer, à discuter avec des gamins super gentils et avec un staff dévoué. Et en plus ils nous ont aidé tout au long du week end.

Phal conclut son tour sous la canicule et devant une grosse foule. Au retour aux stands nous avons eu la satisfaction de voir que nous terminons au final à la 32ème place du scratch et par ailleurs 21èmes de notre catégorie. Vu que nous ne savions pas dans quoi nous nous lancions on peut dire que c'est une expérience plutôt réussie.

Nous avons parcouru plus de 900 kilomètres et faisons partie des équipes ayant bouclé l'épreuve au delà de 42 km/heure.

Capture

 

Je ne vais pas comme je le fais à chaque fois dire que c'était super....et puis si je vais le faire car c'était super ! Nous avons intégré des petits nouveaux qui sont parfaitement rentré dans le moule, on a géré (ou pas géré) notre truc sans pression et sans autre envie que de se faire plaisir et personnellement c'est ce que j'aime.

On reviendra ? Avec plaisir !

 

21034446_10155027480438391_5187983594967859940_n

 

21106822_10155025726118391_4550605549554496780_n

 

21078576_10214166425903680_2511291476001641279_n

 

21078651_10211725343062080_2310568999461209028_n

 

21150940_959838864157435_1252296200_n