29511421_1194022034061922_1979027485999062371_n

 

Encore une jolie pièce ajoutée à ma petite collection ! Moins difficile mais aussi moins attractif au niveau du parcours qu'un Ronde ou Roubaix, Gand Wevelgem reste une course renommée et faire la cyclo sur un parcours grandement similaire reste une très bonne expérience.

C'est avec Stef (qui commence lui aussi à avoir de jolies pièces dans l'armoire à souvenirs) et d'Hervé (qui devrait rapidement combler son retard) que nous avons tout d'abord eu la chance d'assister au passage des coureurs du Grand Prix E3 sur le sommet du Kwaremont le vendredi.

Après une course intense, il ne restait plus qu'une cinquantaine de combattants et le plus gros groupe que nous avons vu passer ne devait pas compter plus de vingt gars. Un grand plaisir de voir du Sagan, du Terpstra, du Van Avermaet, Kristoff, Gilbert, Naesen qui nous ont tous semblé à l'ouvrage et pour tout dire nous donnant la sensation que ça ne roulait pas fort (pour ceux qui ne l'ont pas vue, il y a une vidéo sur la page Facebook du blog).

Pour la petite anecdote de ce qui ne se voit pas à la TV, nous avons vu passer Bryan Coquard qui avait coupé après un abandon sur chute, semblant en détresse complète, à la recherche de sa voiture. Physiquement et de visage, on croirait voir un junior.

Mais venons en à notre rando. Départ matinal après les inscriptions sur place. Une organisation très carrée avec tout d'abord un endroit sécurisé où déposer les vélos le temps de remplir les fomalités, avec un numéro accroché au guidon et un double qu'il faut présenter pour récupérer son vélo afin d'éviter tout vol. Les inscriptions se font sur des tablettes tactiles qui éditent un code barre permettant de retirer sa plaque. C'est la première fois que je voyais ce système rapide.

Nous entamons notre périple vers 7 heures 45 et le mot d'ordre est de filocher ! Nous partons dans l'inconnu au niveau de la difficulté du parcours mais nous savons que le retour va se faire vent défavorable. Nous allons sans cesse au cours de la matinée sauter de roues en roues pour garder de bons groupes et avec une participation occasionnelle à l'avant nous ferons du chemin.

Le parcours remonte vers le nord, jusqu'à la mer du même nom, sans difficulté aucune sur les 120 premiers kilomètres. Les routes sont étroites, sinueuses, flamandes quoi...Nous étions sensés monter une première bosse vers le cinquantième kilomètre mais elle devait vraiment être symbolique car nous la cherchons encore !

A la pointe nord du circuit, nous passons à De Moeren, haut lieu de bordures sur les courses du coin mais encore faut il que le vent souffle fort. Pour nous il reste modéré et dans un groupe d'une petite dizaine de gars, tout se passe parfaitement. Le parcours est agrémenté de quelques tous petits secteurs pavés sur lesquels nous n'aurons même pas le temps de prendre de plaisir...nous aurions pû dans une traversée d'agglomération mais un des membres de notre groupe du moment a eu la lumineuse idée de chuter juste avant et nous l'avons attendu à vitesse très réduite. Dommage.

La boucle va faire une large incursion en France pour commencer à monter les bosses agrémentant les 70 derniers kilomètres. Le mont des Cats tout d'abord qui est long de 2.5 kilomètres environ avec un peu de pourcentage sur sa première partie avant un replat puis se cabrant de nouveau à l'approche du sommet au delà des 12% (mais loin des 19% annoncés par le road book...comme par ailleurs plusieurs autres bosses un peu surestimées au niveau longueur et pente).

Suivront les monts Kokereel puis Noir puis Blanc qui restent tout de même moins intéressants à monter que ceux situés au coeur de la Flandre. Nous ne négligeons pas les ravitos avec déjà plus de cent cinquante bornes dans les pattes car le final comporte les plus belles bosses.

Vient tout d'abord le Baneberg qui est très court avec ses 250 mètres mais assez pentu avec du 23% au max. Nous l'avons abordé de manière différente par rapport à la course pro, de même que de nombreux autres passages. Probablement pour nous faire éviter de grands axes. On va dire que notre rando a épousé le parcours de Gand Wevelgem dans ses grandes lignes.

 

 

Je vais parler de grandes lignes car le mont suivant est le célèbrissime Kemmel, haut lieu des courses flamandes. Nous allons l'aborder par l'ouest, son versant le plus dûr mais pas celui par lequel les courses montent systématiquement. C'est une énorme déception pour moi, ne l'ayant encore pas monté en vélo. Je ruminerai longtemps ma frustration qui sera quelque peu atténuée en regardant la course à la télévision et en voyant les coureurs emprunter la même montée que nous à leur second passage.

Ceci dit, il est vraiment raide avec une pente maxi donnée elle aussi à 23% (pour profiter pleinement des vidéos, n'oubliez pas de sélectionner la résolution maximale)

 

Nous allons par la suite aborder les deux secteurs en gravel, les Plugstreets sur lesquels je vais prendre beaucoup de plaisir (et penser au Tro Bro Léon qui va arriver très vite). Depuis l'an dernier Gand Wevelegem rend hommage aux nombreux soldats ayant péri dans les combats de la première guerre mondiale et ces chemins symbolisent les lieux de bataille mais longent également de nombreux mémoriaux.

Nous les passons full gas - à notre petit niveau - et les sensations sont plaisantes à éprouver.

 

 

 

 

 

Un dernier ravito puis nous allons effectuer le retour vers Wevelgem. La grosse déception de la journée (bien plus que le Kemmel) est que faute de pouvoir emprunter les grands axes du final de la course, nous allons passer une quinzaine de bornes sur une piste cyclable le lond d'un canal. Dommage de terminer comme ça au milieu de promeneurs ou de mamies avec leur petit chien.

Nous retrouverons néanmoins les trois derniers kilomètres à l'identique de la course et franchirons la ligne d'arrivée où Peter Sagan lèvera les bras le lendemain.

Au final une belle rando que nous ne referons pas forcément (ou pas tout de suite) mais sur laquelle nous avons vraiment pris du plaisir, ne serait-ce que celui d'être ensemble.

 

 

Mais le week end n'était pas fini pour autant. Nous avions prévu une sortie sur les beaux monts des Flandres, en décontraction et total plaisir avec un beau temps de la partie. Garés au pied du Kwaremont, nous avons été chercher le long secteur pavé de Varent que je n'avais jamais emprunté avant de venir reprendre le Oude Kwaremont jusqu'en haut, tout pile là où nous avions vu passer le E3 le vendredi.

Après cette entrée en matière abrupte et déjà bien chauds nous nous sommes évidemment dirigés vers le Paterberg que nous avons monté à deux reprises car logistique du Ronde à venir, un camion nous bloquait le passage pour la première montée. Et puisqui'il ne fallait pas s'arrêter là dessus, nous nous sommes bien sûr offert le Koppenberg que Stef montait pour la première fois autrement qu'à pied (ah les bouchons au Koppenberg quand on fait le Tour des Flandres cyclo...).

Nous avons terminé par l'Eikenberg avant de plonger vers Oudenaarde et la ligne d'arrivée du Ronde qu'Hervé voulait découvrir.

 

qvHS_-GLWXxA-E1XOFfnaod0YPkv5tGEWn9Pf8RTuYI-2048x1536

 

Au final un super week end (un de plus) qui en appelle d'autres très très vite. Next stop --> Roubaix !