Une page de ma vie cycliste va se tourner.

Cette année 2018 sera la dernière pour moi en compétition.

J'ai fortement diminué ma participation à des courses ces dernières années, une dizaine tout au plus et parfois beaucoup moins. Cela me suffisait toutefois amplement car bien souvent à partir d'avril je ne ressentais plus l'envie de courir. C'est paradoxal car j'aime toujours autant avoir un dossard accroché à mon maillot mais ces derniers temps la lassitude l'a emporté sur la passion.

La plupart de mes bons potes ont arrêté la compétition et mon but premier en vélo est de partager des choses. Pas forcément des victoires mais principalement de la rigolade et j'ai de moins en moins de personnes avec qui partager ces moments.

Depuis que j'ai axé mon activité sur les randos je profite de clôturer ma préparation avant les flandriennes en prenant un peu de rythme sur des coursettes de début de saison et cela tombe à pic avec une forme qui est ascendante au sortir de l'hiver. Comme je l'ai dit plus haut, j'éprouve encore beaucoup de plaisir à participer à des courses, avoir le petit pic d'adrénaline lors d'une arrivée, ou au moment où le bon coup se forme...mais le revers de la médaille est qu'il y a tout plein de petites choses qui me pèsent. Une des principales est que lorsque tu cours ta journée est ruinée. Cette année par exemple ma femme qui ne venait plus me voir sur les courses depuis un million d'années est venue à Neuville. J'ai gagné, tant mieux car elle a été là pour la dernière mais on est partis de la maison à onze heures du matin, et le temps d'attendre la remise des récompenses nous sommes rentrés à 18 heures 30. Neuville justement où j'étais engagé et me demandais pourquoi toute la semaine précédente, espérant même une annulation !

 

20 / 30 / 40 / 50

 

Ces quatre chiffres représentent malgré tout beaucoup pour moi. Ils signifient que j'ai réussi à gagner une course l'année de mes 20 ans, celle de mes 30 ans puis 40 puis 50 ans. Ces chiffres veulent dire persévérance, ils veulent dire travail, ils veulent dire sacrifice.

Persévérance car je crois finalement m'en être sorti plutôt correctement pour quelqu'un qui avait zéro disposition ou antécédent pour le vélo, personnellement ou dans mon entourage. Travail car je n'ai jamais eu de qualités naturelles me permettant de faire ce que je voulais. Sacrifice car j'ai eu la chance d'avoir un entourage qui m'a laissé et me laisse encore toute latitude pour profiter correctement de mon loisir, et c'est de leur sacrifice à eux dont je veux parler.

Bien sûr ces victoires obtenues sur une période de trente ans l'ont été dans des catégories de moins en moins relevées au fil du temps. L'année de mes vingt ans a été celle où j'ai accédé à un niveau correct (je n'ai pas la prétention de dire élevé) qui m'a permis de rester sept ans entre la deuxième caté et la Nationale selon les appellations (je n'ai pas eu le niveau pour accéder à la première caté, j'ai consacré un post plus détaillé à mon parcours il y a quelques temps au lien ci-après :

 

[Rétro] - Course de Boigny sur Bionne - LE BLOG A FERNAND

La course de Boigny sur Bionne renaît cette année au calendrier après avoir été en sommeil de longues années. Je ne serai pas au départ faute d'être en condition après avoir décompressé mais j'aurais vraiment aimé y être pour réveiller quelques vieux souvenirs.

http://blogafernand.canalblog.com



L'année de mes trente ans a été la dernière où j'ai eu un niveau correct en troisième caté. J'ai couru en trois jusqu'à 37 ans environ mais lors des dernières années je faisais le nombre sans pouvoir prétendre à autre chose qu'un fond de top 10. En cette année 1998, j'ai collectionné toutes les places dans les dix premiers avant le mois de juillet, toutes sauf la première. Places de deux, de trois, tout un tas d'accessits à la pelle, et un peu résigné pour la gagne j'accroche une victoire dans le Cher une semaine avant la coupure des vacances d'été...avec cent mecs au départ.

A l'approche de la quarantaine j'ai pratiqué le vélo de manière totalement différente, axée sur le loisir avec une arrivée en UFOLEP qui m'a permis de me refaire plaisir avec un noyau de vieux et bons potes qui avaient la même vision du vélo après avoir bourlingué aux quatre coins de la région et parfois bien plus loin. Après là aussi quelques belles places d'honneur, j'ai péniblement regagné une course avec de l'aide justement pour y arriver mais j'ai également pû le refaire en fin de saison tout seul comme un grand.

En 2018, le challenge que je m'étais fixé (je ne vais pas avoir la prétention de parler d'objectif en ayant une licence en D3) était de marquer ce passage dans la cinquantaine qui s'approche par une victoire. Le gros plus était le retour aux affaires d'Hervé avec qui je courais il y a 30 ans (et oui la boucle se boucle) sans oublier Eric, mon autre pote de cette époque qui nous suit à distance. Eric et Hervé justement qui m'avaient aidé à remporter la victoire sur une course par étapes...il y a 30 ans, le premier en apportant son concours lors du chrono par équipes et le second en m'attendant sur crevaison dans l'étape qui allait permettre de faire basculer le général en notre faveur. Hervé avec qui cet hiver nous avions évoqué sur le ton de la déconne que ce serait sympa d'arriver ensemble pour la  gagne sur la course d'ouverture.

La boucle se boucle donc par des petits clins d'oeil de ce genre. Il y a quelques temps, Papa Fernand m'avait demandé si je savais combien de courses j'avais faites. J'ai noté tout plein de trucs, j'ai quelques trous dans certaines saisons mais je chiffre à peu près à 900 le nombre de dossards accrochés ! Un ratio courses disputées / victoires assez peu important du coup pour moi qui n'ai jamais été un serial winner mais encore une fois j'ai levé les bras bien plus que je pouvais l'espérer lors de mes débuts.

Je n'ai pas eu les jambes pour accéder à la première catégorie (et avec quelques regrets puisqu'à l'époque la manière de s'entrainer n'avait rien à voir avec ce qu'elle est aujourd'hui, pas tant au niveau quantité que qualité), ramenant tout juste deux ou trois top 10 mais j'ai toutefois pû lever les bras en deuxième caté et dans toutes les autres catégories en dessous. J'ai même re-découvert il n'y a pas très longtemps en tombant sur une enveloppe contenant des coupures de journaux un top 15 dans une Elite - nationale, je pose ça là.

Mais au delà de tous ces petits plaisirs qui ne sont finalement que personnels - on est souvent le seul à se souvenir de ses victoires - le vélo m'a permis de rencontrer ma femme et par ricochet de fonder ma famille, d'avoir encore aujourd'hui tout plein de potes que le vélo m'a donné et surtout d'avoir des remorques entières de souvenirs, parfois tristes mais heureusement souvent, très souvent mémorables.

Voilà, cette partie là se termine donc très bientôt, peut être même est elle déjà finie car je ne sais pas si je vais recourir cette année (je n'en ressens pour l'instant pas du tout l'envie). Je garde bien sûr une motivation énorme pour toutes les épreuves et randos qu'il me reste à disputer. J'ai encore tout plein de projets de choses à faire et à refaire et ça prendra sûrement dix ans au mieux !

J'aurai quoi qu'il arrive encore une licence en 2019 pour couvrir mes besoins en assurance et je n'exclus pas de m'inscrire un jour ou l'autre sur une course mais simplement par confort pour faire une grande sortie par exemple comme j'ai pû le faire à La Ferté ces dernières années. Je ne serai en tout cas pas au départ de Neuville pour le quadruplé. Peut être que les râleurs qui oeuvrent en coulisses en profiteront pour gagner...ou pas mais aujourd'hui cette page est tournée.

Merci pour tout à tout le monde et à bientôt pour de nouveles aventures.