Après une première expérience satisfaisante en 2018, nous avons choisi de remettre le couvert cette année. Une équipe légèrement remaniée en fonction des disponibilités de chacun, avec en plus de Flo, Mr Phal et Jérôme, les deux petits nouveaux Hervé et Abel.

Hervé qui nous a d'ailleurs sponsorisés par le biais de sa société avec une appellation Polo Cycling Team et de magnifiques tenues. Avec l'acquis de notre premère participation, nous avons choisi de ne rien changer...ou presque ! Nous ne courrons pas pour la gagne, pas plus que pour un classement particulier qui vient en fonction du déroulement de l'épreuve et nous avons juste opté pour des relais plus courts afin d'une part de pouvoir effectuer trois relais chacun et de pouvoir toumer de jour comme de nuit pour chacun d'entre nous.

Une heure et vingt minutes, c'est un choix de confort qui nous a vite fait comprendre qu'on ne pourrait pas obtenir mieux que la 32ème place acquise en 2017 faute de perdre beaucoup de temps sur les passages de relais mais peu importe.

Le niveau était par ailleurs très relevé cette année encore avec plusieurs anciens ou futurs professionnels (Tony Hurel, Thibaut Ferrasse, Jordan Levasseur...) et de nombreux coureurs faisant partie de l'élite de notre sport. Le départ a été ultra rapide et notre carte pour nous mettre sur les bons rails est notre petit gamin et VTTiste de talent Florestan.

Il nous a fait le plaisir de passer en troisième position à la fin du premier tour et nous a sorti un relais à 43.6 km/heure de moyenne ! Un groupe de sept coureurs s'est isolé assez vite avec les grosses équipes et le peloton s'est rapidement disloqué.

Le jeu est de pouvoir reprendre un bon groupe au passage de relais. Soit tu sors des stands seul et tu roules comme tu peux avant de te faire reprendre par des costauds soit tu cravaches seul au risque de perdre des forces. Lors de sa prise de relais, Jérôme a été dans le second cas mais il n'a pas entamé ses forces ! Après que Flo nous ait maintenu dans le groupe de tête, Jé a réussi à nous garder dans le top 50 que nous ne quitterons jamais.

Mon tour arrive en troisième relayeur, plus tôt que l'an dernier. Je pense être en meilleure condition et j'ai la chance de prendre le groupe qui est en lutte pour les places du top 10 derrière les hommes de tête. L'allure est élevée mais la montée du Dunlop se fait plutôt au tempo dans les premières minutes. Il faut juste s'arracher pour basculer au sommet et vite descendre les dents pour la partie restante du circuit qui est majoritairement descendante.

Je me surprends même à être dans les premières positions de ce groupe et à passer quelques relais ! Je relaie notamment un gaillard bien posé sur sa machine que j'identifierai plus tard comme étant Benoit Daeninck, un nom qui parlera sans doute à ceux qui suivent le vélo.

Mais...dans mon groupe il y a le coureur de l'équipe du Cercle Gambetta qui dans un premier temps était calé dans les roues puis a décidé de remonter. Gros braquet, gros rythme, à son premier passage du Dunlop tu serres les dents, au second tu t'accroches aux branches puis au troisième tu sautes ! Après 50 minutes je me retrouve lâché mais j'aurai de nouveau la chance de retrouver un bon groupe pour mes trois derniers tours. Je boucle ce premiers relais à 40.4 de moyenne.

 

 

 

 

Après moi c'est Phal qui entre en piste puis Abel et enfin Hervé qui boucle notre première série à la tombée de la nuit. Nous maintenons notre place dans le top 20 de notre catégorie et dans le top 50 du scratch.

Et c'est reparti pour une autre série entamée par Flo qui nous sort de nouveau un beau relais à plus de 39 de moyenne. Entre temps il faut gérer la bouffe, le repos, le gars qui est en piste et pour celui qui va relayer, l'échauffement. Comme l'an dernier nous faisons ça un peu à l'arrache mais finalement ça nous va bien.

Jérôme prend la suite puis c'est de nouveau mon tour. Il est 1 heure 45, je dois rouler jusqu'à trois heures du mat', la température est descendue sous les dix degrés mais ça ne me dérange pas. C'est top de rouler la nuit, il n'y a que le bruit des vélos, une guirlande de lumières rouges arrières et des chicanes humaines dans certaines courbes qui nous donnerons à tous quelques sueurs froides.

Entre des coureurs plus que confirmés et des purs amateurs venus prendre un plaisir différent avec des vélos parfois d'un autre âge ou pour certains avec des baskets aux pieds, il est clair que la manière de piloter est bien disparate...

Pour mon second relais je ne vais pas avoir la chance de prendre un groupe dès la sortie des stands. Je vais effectuer deux tours seul avant d'être rejoint par un gars de mon niveau. Nous nous relaierons encore deux tours avant d'être rejoints par un groupe roulant fort. Trop fort...encore une fois la montée du Dunlop va m'être fatale et je vais devoir laisser filer. Je clôture malgré tout ce second relais à 38.3 de moyenne

 

 

 

 

 

Il est temps d'aller essayer de dormir un peu. Une poignée d'heures de sommeil dans la nuit du vendredi au samedi, encore quelques unes seulement pour nous tous une fois l'épreuve démarrée, c'est une des choses qu'il faut gérer...ou pas mais souvent avec difficulté.

Phal prend son tour, lui aussi en se retrouvant souvent esseulé puis Abel puis de nouveau Hervé au petit matin.

Les dernières heures de course approchent, sans que nous ne perdions ni ne gagnions de places. Flo, Jérôme puis de nouveau mon tour. Il fait 13 degrés mais le soleil va vite se montrer. Cette fois j'ai toujours été dans un groupe mais à chaque fois avec un faux rythme. Le vent s'est levé avec le jour et il soufflera de plus en plus fort au fil de la journée dans la ligne droite opposée à l'arrivée.

Un faux rythme je disais, qui fera qu'avec ce vent nous abordions parfois les stands tout juste au dessus de 30 km/h. Je parviens malgré tout à sortir un relais à 38 de moyenne.

 

 

 

 

 

 

Il reste Phal, puis Hervé qui a inversé avec Abel pour que ce dernier fasse le final. Hervé qui a sorti un beau relais de nuit puis encore une belle perf pour ses derniers tours.

Abel se retrouve avec le groupe de tête pour le finish. Grosse pression entre les équipes de tête qui se jouent la victoire et comme nous ne jouons bien sûr pas dans la même cour, les attaques qu'ils se portent feront qu'il se fera décrocher pour son dernier quart d'heure.

Nous terminons donc à la cinquantième place contre 32 l'an dernier. Nous nous sommes par contre aperçu qu'un tour ne nous avait pas été décompté lors du premier relais de Flo, ce qui nous situerai autour de la 42ème place mais peu importe.

Nous sommes 19èmes dans notre catégorie d'équipe de 6 contre 21èmes l'an dernier et nous avons par ailleurs parcouru 946 kilomètres contre 962 en 2017.

Mais au delà de ces chiffres comme d'habitude c'est surtout le partage qui prime. On sait qu'on ne va pas gagner mais on sait en revanche qu'on va bien rigoler.

Merci en passant à ces 5 mecs en or mais aussi à Valérie et Sandra, nos fidèles accompagnatrices, à Gérard qui nous a photographiés et dont on devrait voir les oeuvres ici même très vite et à ceux qui nous ont supportés à distance sur les réseaux sociaux, comme ce jeune homme plein de classe qui nous a fait parvenir ce message d'encouragements.

 

A bientôt pour de nouvelles aventures.