Cette année sur route a été belle, toute pleine de bons moments passés avec mes potes. J'étais supposé être en coupure (micro coupure en vérité) mais un changement de programme imprévu est intervenu avec cette randonnée sur le nouveau parcours de Paris Tours.

Et l'imprévu parfois, c'est bien ! Une randonnée très confidentielle avec une communication quasi inexistante hormis une page sur les réseaux sociaux. C'est par l'intermédiaire de David avec qui nous avions partagé une édition de la Nord Charente Classic que j'ai eu les infos et ce nouveau parcours remanié de la classique d'automne avec ses chemins de vignes a fait que je n'ai eu aucun mal a décider Hervé d'y aller.

Les organisateurs de la course professionnelle ont ainsi ajouté neuf chemins totalisant une douzaine de kilomètres et sept côtes avec pour certaines du pourcentage histoire de donner du piment à cette belle classique. Nous ne sommes qu'une cinquantaine au départ du centre de Tours sous un temps gris. Il y a malgré tout une belle escorte de motos pour nous encadrer, notamment sur la rive droite de Loire que nous allons emprunter jusqu'à Nazelles-Négron où nous rejoignons le parcours officiel.

Nazelles-Négron justement où nous attend la première difficulté du jour avec une belle bosse de 700 mètres à 7% de moyenne. Le départ a été rapide et j'ai eu du mal à me mettre en action, étant en nette baisse d'entrainement et donc de condition. Je suis légèrement décroché à mi-bosse mais nous allons tous nous regrouper sur le plateau.

Nous allons par la suite approcher du premier chemin. Les organisateurs ont prévu des dérivations pour ceux qui ne désirent pas emprunter les secteurs non asphaltés et à notre grande surprise la quasi totalité du groupe va filer tout droit alors qu'il fallait tourner pour accéder au premier chemin. Dommage pour eux d'avoir ce terrain de jeu et de ne pas en profiter. Nous n'avons pas compris, un peu comme lorsque nous faisons Paris Roubaix et que nous voyons nombre de gars rouler sur les bas-côtés.

Bref peu importe, nous allons nous retrouver à une petite dizaine pour aborder ce court et facile premier chemin sur 400 mètres, assez carrossable en comparaison de ce qui va venir ensuite. Le second est tout à fait différent. C'est le premier vrai chemin de vignes et qui dit vignes dit côteau. Celui-ci est long d'un 1.4 kilomètre et en léger faux plat montant. Léger mais sur ce sol caillouteux pas facile du tout. Nous aurons d'ailleurs le plaisir de voir passer le course des U23 et celle des professionnels sur ce secteur.

Descente puis assez vite une belle montée avec du 13% sur 700 mètres et évidemment chemin de vignes en haut. Celui-ci sera le plus long avec 2.4 kilomètres assez accidentés. Il y a de gros cailloux et j'en serai victime. J'ai senti taper et la sensation de crevaison heureusement lente a été immédiate. Bien longtemps que je n'avais pas crevé sur une épreuve de ce type.

Le temps de galérer un peu pour réparer mais avec l'aide appréciée de l'épouse de David pour regonfler, nous repartons à l'assaut de la suite avec une succession de côtes et de chemins souvent liés les uns aux autres.

 

 

 

Nous allons ainsi gravir la côte la plus pentue de la journée, celle de La Rochère avec du 17% au maximum suivie bien évidemment par le petit chemin qui va bien. Nous salivons par avance du déroulement de la course de l'après midi qui avec toutes ces difficultés dans les 60 derniers kilomètres auxquelles vient s'ajouter le vent promet d'être spectaculaire.

 

43178804_2316605868367180_7769963311570878464_n

 

 

 

Dommage pour nous, le temps reste gris et nous allons même retrouver la pluie sur les quinze derniers kilomètres. Il reste encore deux belles bosses, celle de la Vallée Chartier avec là encore du 14% comme celle de Rochecorbon.

 

 

 

Les chemins sont quant à eux plus ou moins roulants mais nous prenons vraiment beaucoup de plaisir. C'en est fini à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée puis à douze pour l'ultime bosse.

 

 

Le final est moins intéressant avec l'entrée dans l'agglomération Tourangelle et la présence de la pluie. Nous parcourons le même final que les pros mais nous n'aurons pas le loisir de franchir la ligne d'arrivée. Les péripéties de la crevaison auront fait que nous avons perdu trop de temps et les épreuves du kilomètre de Paris Tours pour les jeunes avaient déjà débuté.

Cette fois la saison sur route est terminée sur cette belle note. Maintenant place au VTT avec tout de suite cette semaine deux randos du Roc d(Azur sur lesquelles Hervé et moi allons retrouver Nono et Florestan.

A très vite.